Portrait d'Alain-Fournier

 

Alain-Fournier
(Henri-Alban Fournier, dit)

« Romancier français (La Chapelle-d'Angillon 1886 - mort au combat dans le bois de Saint-Rémy 1914). Son unique roman, le Grand Meaulnes (1913), décrit le parcours d'initiation au merveilleux et au rêve du jeune Augustin Meaulnes, parti à la recherche de l'infini à travers l'amour. »

© Larousse-Bordas 1998 texte et photo
 

 

A la mémoire des 21 Soldats du 288e R.I. tués au combat dans cette clairière le 22 septembre 1914 - Le souvenir Français, 26 septembre 1993.



Agrandir l'image

Capitaine Savinien BOUBEE DE GRAMONT
Lieutenant Henri-Alain FOURNIER
Sous-Lieutenant Pierre IMBERT
Sergent Pierre TESTEGUTTE
Caporal Henri BROQUA
Caporal Joseph MALET
2ème Classe Léon CAHUZAC
2ème Classe Jean DUBOURDIEU
2ème Classe Dominique DUGROS
2ème Classe Henri DULITGES
2ème Classe Antoine FOURMIGUE
2ème Classe Casimir LAMARQUE
2ème Classe Eugène MASCARA
2ème Classe Jules MAURET
2ème Classe Jean NABONNE
2ème Classe Joseph PERES
2ème Classe François SAINT-AYES
2ème Classe Sylvain ROLLAND
2ème Classe Justin SENSAMAT
Deux soldats non identifiés.

 

 

 

 

Alain-Fournier et Saint-Remy-la-Calonne (Meuse)

Nous ne pouvions pas parler de Saint-Remy-la-Calonne sans évoquer la mémoire d'Alain-Fournier.

Durant les années 80-90, des chercheurs tenaces tentèrent vainement de retrouver le corps de l'auteur du Grand Meaulnes mort dans les bois au-dessus de Saint-Remy-la-Calonne le 22 septembre 1914 à l'âge de 28 ans.

En 1991, après avoir bien délimité la zone de fouilles, Michel Algrain et son équipe de chercheurs ont mis au jour une fosse commune qui comportait vingt et un squelettes. En novembre de cette année-là, l'équipe d'historiens affirmait avoir retrouvé le corps d'Alain-Fournier.

LE PREMIER COMMUNIQUÉ de 1992

« L'été dernier, un groupe de quatre personnes, très attachées à la mémoire d'Alain-Fournier, a localisé l'emplacement du combat au cours duquel il avait disparu avec ses hommes du 288e R.I.; par le biais d'une prospection fine autorisée par le Service Régional de l'Archéologie, M. Jean Louis a repéré une fosse dans laquelle semblaient être enterrés des soldats de la Première Guerre mondiale (...) »

Voir la photographie d'un extrait de l'Est Républicain visible sur un panneau près de la nécropole des 21 soldats.

 

A visiter, dans les bois de Saint-Remy

Un monument a été érigé sur le site à la mémoire de ces jeunes soldats morts et si rapidement inhumés.

La fosse où furent enterrés les compagnons d'Alain-Fournier est devenue une nécropole qui nous plonge des années en arrière ; au début des hostilités de la guerre 14-18.

> Autre vue de la nécropole

 

Construit en pleine forêt, ce mémorial est facilement accessible à tous les visiteurs.

>  Plan pour se rendre à la nécropole.

La dernière demeure d'Alain-Fournier et de ses camarades se trouve dans le village, près de l'église.

 


Vue 360° (nécessite le plug-in QuickTime)
Déplacez la souris en cliquant sur l'image...
en attendant une vue de meilleure qualité !

 
© Didier Garzandat


Passage précis et émouvant
extrait du livre « 
L'ENIGME ALAIN-FOURNIER »
(extrait des pages 64 à 67)

Lisez ce texte avant de visiter la nécropole à la mémoire du 288e RI. Vous comprendez mieux la passion et l'émotion qui ont animé ces historiens pendant tant d'années de fouilles du Bois de Saint-Remy

[...]

Le 2 mai 1991 Jean Louis décèle la fosse collective après quatorze ans de recherches initiées par Michel Algrain...

« Enfin, le dénouement survient le 2 mai 1991 à 13 heures 10 très précises. Vers 11 heures je prends mon véhicule et me dirige vers Saint-Rémy-la-Calonne après avoir traversé le joli village de Vaux-les-Palameix. Au carrefour de la Grande Tranchée de Calonne, face au monument érigé à la mémoire de l'écrivain que nous recherchons, je prends à droite, en empruntant la Calonne direction Hattonchâtel. A la hauteur du chemin dit des "Hautes Ornières" je m'engage à gauche dans le chemin qui mène à Dommartin-la-Montagne. Arrivé aux sapins Godfrin je prends mon détecteur de métaux et, après environ une demi heure de prospection, je découvre dans le fossé de limite, non loin du point J, un étui (3) de fusil Lebel, puis un deuxième, puis un troisième, en tout une vingtaine d'étuis français. Je me mets alors à la place du sergent Baqué en revivant son récit :

« Soudain une fusillade crépite derrière nous, le fossé de la lisière du bois nous offre un abri favorable d'où nous essayons de comprendre ce qui arrive... Combien de temps dure l'attente ? Une minute, deux peut-être, nous n'avons pas d'autre solution que de leur passer sur le corps si nous le pouvons !... "Baïonnette au canon ! crie le Capitaine, en avant !" ».

Avec mon détecteur, je fais le même parcours et trouve toujours des étuis français épars, souvent près d'une ancienne souche d'arbre. De chaque étui retrouvé je balise l'endroit, pour retrouver la trajectoire, ou plus exactement l'angle de progression pris par les Français lors de leur contre-attaque en direction de la Tranchée de Calonne.

D'après les tirs effectués la direction s'incline vers la gauche. Tout à coup, je découvre des munitions françaises non tirées, ce qui signifie la présence de tués, dans ce secteur. Je repense tout de suite au récit de Baqué :

« Une fois debout, j'aperçois l'ennemi à genoux dans un fossé recreusé qui sépare un taillis de la clairière dans laquelle nous sommes. Tandis que je bondis, mon oeil note tel ou tel camarade qui sans un autre mouvement, laisse tomber son fusil et s'écrase sur le sol, la face en avant... L'ennemi est à quarante mètres, nous nous arrêtons. Je trouve l'abri, derrière un hêtre, deux camarades s'approchent du même hêtre, tous deux s'écroulent, sur mon dos, sur mes pieds. Ce que je pense, 'Ils' me gênent pour tirer, changer de place, les balles passent trop près, j'entends une voix éperdue, crier 'maman', c'est le sous-lieutenant Imbert, probablement blessé à mort, je vois le capitaine de Gramont, tirer à coup de revolver sur les casques à pointe, il ne crie plus, il doit être touché. Je n'entends plus les coups de revolver que tirait à trois mètres de moi le lieutenant Fournier; je cherche mon chef, il gît à terre sans bouger. Je tire toujours sur la crête qui borde le fossé car je ne vois plus les Boches ».

Avec mon détecteur je continue à progresser sur la gauche et à une quarantaine de mètres du fossé de limite, je découvre tout à coup, huit cartouches françaises non percutées, donc tout un paquet. Quelques mètres plus loin j'en découvre un deuxième, puis d'autres. Je me dis que les corps doivent être très proches car pour enterrer un soldat il faut le transporter de la manière suivante: se mettre entre ses jambes et le tirer par les chevilles jusqu'à sa sépulture. Pendant le combat les cartouchières sont ouvertes, au cours du déplacement des corps les paquets de cartouches tombent sur le sol et se dispersent. Ces paquets de munitions restés dans le sol après les combats m'indiquent la direction d'enfouissement des corps par les Allemands.

Je continue à trouver des paquets de cartouches quand tout à coup, j'aperçois sur ma droite une légère excavation de forme rectangulaire dans le sol. Je me dis aussitôt "Ils" sont là !... Je continue donc à prospecter autour du "trou" et mets au jour trois étuis de revolver du modèle français 1873 positionnés à quatre ou cinq mètres de cette excavation rectangulaire. Je décide, enfin, d'aller prospecter dans celle-ci. Dès que je me positionne dans ce "trou", mon détecteur sonne sans arrêt. Je fais donc un sondage au centre de celui-ci et sors du sol une attache de bretelle de suspension de cartouchière française accompagnée d'une vertèbre humaine ainsi que des fragments de tissu de pantalon rouge garance. Je vois aussi nettement la présence d'autres ossements humains, dans mon sondage. J'ai donc confirmation de la présence de corps et de tissu rouge garance, ce qui me permet d'affirmer que les corps enfouis, à cet endroit, datent du début de la guerre. En effet, à partir de l'année 1915, la couleur de l'uniforme français change.

Je fais un second sondage sur la gauche, prenant de multiples précautions pour ne pas toucher ou déplacer objets ou ossements et découvre sur le bas d'un bras droit la présence de galons de lieutenant. A ce moment je suis sûr que je viens de trouver le corps de l'écrivain que nous recherchons. Je remets le terrain en état, et repars avec mon véhicule pour en informer M. Algrain. Il me demande si j'ai trouvé une plaque d'identité pour confirmer s'il s'agit bien des corps que nous recherchons.

Je repars donc immédiatement sur les lieux, fais un autre sondage sur la droite de la "fosse", creuse méticuleusement et mets au jour deux bassins humains superposés, mais tête bêche. Je rebouche alors la fouille et mesure à l'oeil la longueur de cette excavation, quatre mètres cinquante de longueur environ. Par un petit calcul mental, à raison de cinquante centimètres pour un corps, quatre mètres cinquante divisés par cinquante, égale neuf, et comme les corps sont superposés, cela fait dix huit. Ce chiffre correspond, à quelques soldats près, au chiffre des disparus que nous recherchons, soit vingt et un. Je ne peux pas fouiller plus loin ayant simplement l'autorisation, en cas de découverte, de ne procéder qu'à des sondages ponctuels. »

En effet la réglementation archéologique sur les sépultures militaires - loi du 29 décembre 1915 - stipule que seuls les services du ministère des Anciens Combattants peuvent procéder aux exhumations de soldats qui doivent avoir lieu en présence d'un officier d'état civil chargé de la rédaction d'un procès-verbal.

Grâce à la collaboration entre le ministère de la Culture et le secrétariat d'État aux Anciens Combattants une dotation exceptionnelle de sauvetage urgent (35 000 francs) est accordée (4) et les travaux débutent le 4 novembre 1991 avec la participation de la D.R.A.C. (5), sous la surveillance permanente de M. Siret, chef de secteur des sépultures militaires, de M. Hervet et des quatre inventeurs de la tombe.

L'équipe monte une serre pour protéger le site des intempéries et installe un échafaudage de planches pour éviter le contact avec la surface de la tombe, dégage la terre à la truelle. Des « fuites » sur l'exhumation d'Alain-Fournier le 14 novembre (6) obligent à protéger le site mais permettent d'obtenir chauffage (groupe électrogène fourni par les pompiers de Fresnes-en-Woëvre) et camion nacelle (prêté par l'E.D.F.) pour les photos.

La fosse a une forme quadrangulaire de 5.20 m sur 2.60 m, orientée N.W./S.E., de 30 à 40 cm de profondeur, au fond constitué par la dalle de calcaire corallien (7).

Elle contient les corps de 21 soldats français inhumés sur le dos (décubitus dorsal), disposés en deux rangées tête bêche de dix corps chacune. Les membres inférieurs reposent systématiquement sur ou sous le thorax de celui qui fait face. Le vingt et unième soldat recouvre en travers cinq de ses camarades.

La « datation » des fantassins correspond à l'été 1914 grâce aux objets retrouvés dans la fosse, boutons en laiton décorés d'une grenade enflammée, cartouches modèle 1886 D, bidon d'un litre modèle 1877 appartenant à un régiment de réserve (le 288e) mal équipé - brodequins de 1881 et 1893, ceinturons de type ancien.

Cette fosse correspond aux pratiques funéraires aux armées pour ensevelir les morts en 1914. Par mesure d'hygiène, pour éviter les épidémies, on creuse une fosse collective et dispose les corps en rangées opposées, parfois sur plusieurs couches. Les identités ne sont pas relevées, les plaques d'identité, les baïonnettes disparaissent parfois (trophées), sacs à dos et livrets militaires forment un bûcher. Il faut nettoyer et assainir le terrain sans perdre de temps après que l'officier de renseignements a récolté des indications sur l'adversaire.

La fouille s'achève le 1er décembre 1991 et les corps sont dirigés pour autopsie au Service Régional de l'Archéologie à Metz. En juin 1992 deux Communiqués publient les « Principaux résultats de l'étude de la sépulture collective des bois de Saint-Rémy-la-Calonne ».

>> Chronologie de la découverte, photographie d'un panneau près de la nécropole (260Ko).


(4) Pour un coût total de 93000 F.
(5) Direction Régionale à l'Action culturelle de Metz.
(6) Article « Le Grand Meaulnes enfin retrouvé » paru dans France-Soir.
(7) Calcaire composé de débris de coraux fossiles.


 Accueil
Truffière de Saint-Remy-la-Calonne
 Visiter la truffière
Conseils de préparation des truffes
Photographies anciennes de Saint-Remy
Canton de Fresnes-en-Woëvre

 

 

En mai 2011 à eu lieu à Saint-Remy-La-Calonne,
Le printemps du Grand Meaulnes

 
 

« Le 288e doit se porter sur la tranchée de Calonne où s'est déjà engagé le 259° RI. Le soir du 21 septembre, il s'établit à Vaux-les-Palameix. Le matin du 22, la 22°Cie (lieutenant Marien) et la 23° Cie (lieutenant Fournier) partent en reconnaissance en direction de Dommartin. Le capitaine Boubée de Gramont, commandant le 6e Bataillon, rejoint la patrouille de reconnaissance qui franchit la tranchée de Calonne et rentre, sans le savoir, dans les lignes ennemies. Il s'ensuit, notamment, des combats et la mort de 21 hommes dont les corps, enterrés à la hâte par les allemands, seront retrouvés et identifiés, puis ré-inhumés en 1992 dans la nécropole de St Remy-la-Calonne.»

Texte trouvé sur le site du CRDP de Toulouse


« L'Enigme Alain-Fournier »

 

Commander ce livre d'Alain Denizot
et Jean-Louis

Nouvelles Editions Latines (NEL), 112 pages, Paris 2000.


  

NOUVEAU : PARU EN 2006 AUX EDITIONS SERPENOISES
Frédéric Adam est archéologue en Lorraine et a eu en 1991
la responsabilité de la fouille de la sépulture
contenant les corps des 21 soldats.

>> Commander le livre "Alain-Fournier
et ses compagnons d'arme par Frederic Adam"


Site internet :

www.legrandmeaulnes.com

Le Blog de Nils Fabiansson auteur Begleitbuch zu Ernst Jünger 'In Stahlgewittern'

A lire en français de Nils Fabiansson un article sur les carnets d'Ernst Jünger

A lire aussi :


Trouvé dans une ancienne publication régionale :

>  Article de Marcel Cordier