| Accueil | Truffes en Meuse | Conseils | Livres | Mag' Truffe | Mycorhizes | Liens | Saint-Remy | FAQ | Visites |

 

CHIENS, HOMMES ET TRUFFES
\ la question du chien truffier \

RECOLTER DES TRUFFES SUR DES TERRAINS
QUI NE VOUS APPARTIENNENT PAS. C'EST DU VOL.

Comment éduquer mon chien pour qu'il cherche des truffes ?  

 

L'éducation d'un jeune chien est assez facile, en théorie, mais nécessite des connaissances en psychologie canine et du temps pour que l'animal apprenne à délaisser ses instincts de chasse (gibier, mulots etc.) au profit d'un travail. La méthode est la même que pour les chiens qui recherche de la drogue ou des explosifs. Le problème majeur pour le néophyte est de trouver des truffes ou des brisures en quantité suffisante pour parfaire l'éducation du chiot.

Vincent* : Si vous êtes doué en psychologie canine une truffe de 20g suffira !  J'exagère un peu , disons que si le chien est bien choisi, si le maître sait y faire, il n'en faut pas beaucoup pour lui apprendre le "goût" de la truffe. Bien sûr, à ce moment, il n'est pas encore ce que j'appelle "performant". Il faut continuer l'éducation en milieu naturel pour que le chien se déclare il faut parfois des mois selon le chien. Même s'il faut très peu de truffes au départ, il faut parfaire ces capacités dans une truffière plantée ou spontanée.

D. Pour notre part, c'est en adhérant à une association qu'ont pu se faire ce type d'échanges. C'est une relation de confiance. Après, c'est vraiment simple, chaque maître a sa façon de procéder. Allez sur le site sur le Lagotto Romagnolo (chien truffier), il donne une très bonne technique d'éducation que nous avons déjà utilisé, ainsi que des recettes sur les truffes. Vous y trouverez également une explication de l'essentiel de la biologie de la truffe et des conseils culinaires. Si vous n'avez pas de truffes, il existe un produit à base d'arômes de truffe le Canitruffe.

Il faut donc retenir 3 principes généraux essentiels :

  Evitez de choisir un chien de chasse.

Tous les chiens font l'affaire, évitez tout de même de choisir un chien de chasse car c'est vraiment difficile de refréner l'instinct de chasse : chevreuil ou truffe, le chien fait vite son choix. Il faut obtenir que le chien préfère chercher la truffe. Cela demande de la patience et de la fermeté... Si la truffe est bien récompensée et si l'endroit où le chien travaille est une truffière, votre chien aura vite fait de comprendre que s'il les trouve il aura ses petites récompenses préférées. Tous les chiens ont un un instinct de chasse plus ou moins fort que ce soit pour le lapin, le mulot ou le cerf, il faudra à un moment ou à un autre que le maître lutte contre cet instinct, sinon il prendra le dessus que la recherche aux truffes.

  "Jouez" en associant odeur de truffe + récompense.

L'éducation idéale s'obtient par le "jeu". Surtout pas de récompenses trop salées ou trop sucrées ! Il ne faut jamais oublier les récompenses et surtout ne jamais récompenser un chien qui n'a pas trouvé de truffe (on renforce positivement l'échec, ce qui perturbe l'apprentissage, créé une confusion). La rigueur est primordiale pour obtenir des résultats efficaces. Vous pouvez commencer par jouer chez vous dans la maison à chercher des truffes.

   Répétez fréquemment les exercices : une professionnalisation.

L'autre difficulté est de trouver des zones susceptibles de produire des truffes pour que le chien puisse s'entraîner et se perfectionner. Pas de secret : ou bien vous connaisssez un trufficulteur et une truffière ou bien vous marcherez beaucoup, dans ce dernier cas si le chien ne trouve pas il va vite se fatiguer et être plutôt attiré par la chasse... normal... non ?

Il va sans dire qu'il faut aimer son chien (1), c'est cela l'essentiel : il faut l'encourager, le motiver, le récompenser, lui montrer que l'on est satisfait, car le chien se fatigue très vite (et le maître aussi !). S'il est facile d'apprendre à son chien à chercher les truffes, on peut encore accroître l'efficacité de l'animal avec une éducation "professionnelle". Dans ce cas, le chien devient, en matière de truffe, l'équivalent des chiens gardiens de troupeaux, de sauvetage, de recherche de drogue ou d'explosif, ce sont des pros !

Certains éducateurs canins vendent des chiens de race dit "truffiers". La question est de savoir s'il existe réellement des variations dans les seuils de perception de la truffe qui dépendraient du facteur "race de chien". Difficile à étudier réellement scientifiquement car on sait que l'odorat chez les mammifères est lié aussi à l'apprentissage et la mémoire "émotionnelle". Peut-être que l'étude du nombre de récepteurs olfactifs serait déjà une piste.

(1) Précisons ici les limites de l'expression "aimer son chien". Cet "amour" amène parfois le propriétaire de l'animal à confondre comportements humains et canins. Les éthologues ont montré que des attitudes anthropomorphiques peuvent perturber voire "névroser" le chien.

Nous vous recommandons les livres de JoeNl Dehasse.

QUESTIONS :

1. Est-ce facile d'éduquer un chien ?

D. Ce n'est pas donné à tout le monde... même si c'est à la portée de tous. Il faut une certaine "intelligence" canine, être capable de comprendre les comportements du chien sans anthropomorphisme. Pour beaucoup de gens, le dressage à la recherche des truffes est un mystère, c'est surtout un savoir-faire allié à de la patience.

2. Peut-on dresser un chien de chasse à chercher les truffes ?

D. J'ai reçu un courrier d'une personne dire « Mon chien allait aux truffes la première année, puis la saison suivante il s'est mis à chasser... Il était cassé. Nous l'avons donné à un chasseur. » Pour moi, ce constat d'échec reporté sur le chien est un peu rapide. C'est une erreur d'éducation de la part du maître. Ce dernier doit être capable de renforcer des comportements autres que ceux de la chasse... Vincent que penses-tu de ce problème de chien qui chasse ?

V. Je pense que cette personne n'a jamais vu de chien vraiment "cassé". Et en plus j'ai du mal à supporter les gens ne voyant dans leurs chiens qu'un instrument dont il se débarrasse s'il est abîmé... A partir du moment où un chien est bien dans sa tête, il en faut beaucoup pour le rendre irrécupérable (comme des chiens ayant, par exemple, une mauvaise socialisation ou une mère absente lors des premiers mois de vie. Ils peuvent alors devenir totalement inadaptés à une vie sociale). Il est probable qu'elle n'a pas su intéresser son chien alors celui-ci a trouvé une occupation... ou une façon de fuir si elle est trop exigeante (trop anxiogène serait plus exact).

Le problème, pour nous éducateurs de chien truffiers, avec les chiens dit "de chasse" (ce qui est mon cas, j'en possède un) c'est que justement ils sont sélectionnés depuis des générations pour leurs qualités lors de la chasse (arrêt, rapport, etc.).

Les spécialistes actuels s'accordent à dire que le caractère d'un chien est conditionné par 20% d'inné (génétique) et 80% d'acquis (éducation). Nous avons 80% pour atténuer les 20%... Faisons un petit effort ! Cela dit, certains chiens ont un instinct si developpé, que les refréner devient vite épuisant ! On n'achète pas une Ferrari pour aller se balader dans les chemin ou un 4x4 pour faire les 24H du Mans. Mais bien sûr on peut toujours aller dans les champs avec une Ferrari, c'est possible. Tout dépend des performances que l'on souhaite.

Alors que penser de l'instinct de chasse qui correspond à un besoin primordial de survie : se nourrir. Tous les jeux ayant un caractère "de chasse" ou de défense du territoire, alors attention à l'ambiguïté du mot JEU. Les éthologues pensent que le jeu permet à l'animal d'ajuster ces comportements de prédation, il y a l'instinct d'une part puis la pratique d'autre part. C'est l'instinct + l'apprentissage par essai/erreur qui permettra à l'animal de chasser efficacement pour se nourrir.

Comment corriger des comportements que l'on juge mauvais ? On peut appliquer le même principe pour l'instinct de chasse :

Il existe de multiples méthodes pour canaliser le chiot ou, au pire, le chien si c'est trop tard. En ce qui concerne l'instinct de chasse voici quelques recettes, non exhaustives.

- Les jeux ayant, pour le chien, un caractère "de chasse" (jet d'une balle, tirer sur une corde, courir après nous...) doivent être inscrits dans un cadre bien définit. Le principe fondamental est de toujours associer le geste et la parole.
Il faut jouer à ces jeux avec le chien en lui répétant toujours le même mot. Par la suite, et de façon naturelle, ce mot deviendra un ordre, c'est-à-dire que le plaisir ressenti par le chien en jouant sera perturbé si, dans le même temps, il n'entend pas son maître prononcer le mot-stimulus. Il sera en position de "demandeur", en attente de parole pour réaliser l'action : c'est bien cela que l'on nomme un ordre.

Ces jeux permettent d'avoir un contrôle partiel sur le caractère du chien. On peut réussir à fortement atténuer l'instinct, jamais le supprimer totalement, c'est mon avis. C'est pourquoi il faut savoir doser la quantité de jeux, au risque d'obtenir l'effet inverse et de renforcer cet instinct.

Autre point fondamental : c'est à l'homme d'être l'initiateur du jeu et c'est également à lui de l'arrêter. Ce n'est pas au chien de décider quand et comment jouer !

Toutes les actions interrompues par le maître tendent à diminuer. Si un chien est systématiquement arrêté lors d'une action comme creuser des trous, courir après un gibier, il aura tendance à ne plus réaliser cette action car elle perd de son intérêt. Le problème avec l'instinct de chasse, c'est qu'il faut arrêter le chien AVANT qu'il ne courre. Un bon rappel est gage de pouvoir stopper son chien le cas échéant. Un bon rappel est gage de pleins de choses et au final d'avoir un bon chien en général. L'adolescence est un cap dont il faut tenir compte, comme nous, les chiens développent une crise d'adolescence. Il faut attendre qu'elle passe. Laissons-les faire leurs expériences, nous n'avons pas le choix. Et ne concluons pas trop vite si, par exemple, un chien ne revient pas à l'âge de 8 mois ou si il se met à découvrir les plaisirs de la chasse à deux ans. Ce qui est important c'est de ne pas permettre au chien de développer ses instincts ("l'adolescence" est la période où le chien va tout essayer) .

La solution de la correction vient comme un plus et doit être utilisée, mais pas comme principe de base. Encore faut-il savoir utiliser ce moyen ! Il faut garder toujours à l'esprit que le chien est un animal social qui a des comportements de meute et dans une meute les rapports entre les congénères sont régulés par des comportements rituels d'agression, qui ne vont rarement jusqu'au conflit. Pour un chien dominé, une voix forte et grave du maître peut suffire à le remettre à sa place. Son cerveau a vite fait d'associer un stimulus désagréable avec une action qu'on ne veut pas renforcer. La correction est un processus naturel par lequel le chien doit retrouver sa place de dominé, ce n'est en aucun cas un acte de violence envers l'animal mais elle doit être considérée et recadrée comme un comportement de régulation du groupe : le maître doit donc savoir utiliser la correction avec sang-froid et non comme un défouloir ou un manque de self-contrôle... Un principe de base : ne jamais corriger son chien si l'on est soit même enervé. A ce moment là, mieux vaut une correction verbale uniquement.... et courte.

Une dernière remarque : les chiens utilisés pour la chasse et bien dressés obéissent strictement à leur maîtres. Jamais ils ne vont courir après un gibier sans en avoir reçu l'ordre. Pourquoi les chiens truffiers seraient-ils différents ? Ces chiens sont des animaux à usage professionnel qui nécessitent beaucoup de précaution, de rigueur de la part du dresseur.

     


| Accueil | Truffes en Meuse | Conseils | Livres | Mag' Truffe | Mycorhizes | Liens | Saint-Remy | FAQ | Visites |